Le Club

 

Le club - Michel PAGEL

 

4ème de couverture : Longtemps, ils avaient été CINQ. François, Claude, Mick, Annie et Dagobert, quatre enfants et un chien, ont autrefois formé un Club et vécu bien des aventures extraordinaires. Trente ans plus tard, le chien est mort depuis longtemps quand trois membres du Club devenus adultes, séparés par la vie, sont invités par le quatrième à l'endroit même où ils passaient leurs vacances dans leur enfance.

Bientôt, alors que la maison est isolée par d'impotantes chutes de neige, la vieille mère de Claude est assassinée... Mick est-il le responsable, comme semble le penser François ? A moins qu'un assassin se dissimule dans les environs enneigés ? Et pourquoi Claude se retrouve-t-elle régulièrement projetée sur un rivage anglais, à la rencontre d'enfants et d'un chien ressemblant singulièrement à ceux qu'ils étaient autrefois, elle est ses cousins ?

Dans un huit clos étouffant, écrit comme un thriller, une fable magistrale sur l'imaginaire de l'enfance, nos peurs, nos doutes.

 

Mon avis : lors d'une rencontre lecture quand j'ai su que ce livre était sorti, j'ai foncé. Dans la semaine qui a suivi j'ai trouvé ce livre, celui qui allait me remettre dans les émotions de mes lectures d'enfance : Le Club des Cinq !

Comment les oublier ?!

Oui mais voilà... je n'ai pas vraiment accroché. Même que j'ai failli le laisser de côté.

Peut-être que les souvenirs qui me rattachaient à la série me font défaut et que j'en ai totalement oublié l'atmosphère ?! 

Un mélange entre le passé et le présent et je ne savais plus parfois à quelle "époque" l'auteur nous "posait". Un bien trop long passage rempli de détails surprenants et à mon sens sans intérêt (les règles des filles) qui sert de transition au passage à l'âge adulte. Une intrigue qui n'en est pas vraiment une et surtout ce mélange des personnages qui se mêlent aux actions du passé... bref je n'ai pas adhéré à cette lecture qui m'attirait tant. Et j'avoue ne pas avoir réellement compris le motif... ou s'il est si clairement décrit je n'ai pas "mordu" à celui-ci.

Bref... c'est une déception pour moi.